Juan Miguel Palacios : Entre rêves et réalité

A l’âge de 6 ans, Juan Miguel est un garçon très hyperactif. Sa mère ne trouve pas de moyen de le canaliser, et décide de l’inscrire dans un cours de peinture en lui faisant croire qu’il s’agit d’un cours de karaté. Bien que déçu par le mensonge de sa mère, Juan Miguel Palacios est impressionné par les toiles, chevalets et accessoires de peinture présents dans la salle d’art et c’est à partir de ce moment-là qu’il trouve sa vocation.

Juan Miguel Palacios a effectué ensuite ses études à l’école d’arts décoratifs de Madrid « Amadeo Roca Gisbert » où il a travaillé pendant six ans. Cette période va fortement inspirer Juan Miguel Palacios dans chacune de ses créations.

Pour l’artiste, les murs cassés sont utilisés comme surface, sur laquelle la peinture vient fusionner afin de donner des œuvres d’une puissance inouïe. Juan Miguel Palacios aborde les concepts de deuil, d’agitation et d’inégalité, ce qui lui permet d’explorer en profondeur les émotions propres à l’être humain.

De Medicis Gallery a l’honneur d’exposer ses œuvres d’art au 18 Place des Vosges 

JMPalacios-wounds.-CXXI.jpg
Juan Miguel Palacios.jpg

BRUNO CATALANO

"Une valise, un homme. Il s'en empare, et se lance vers l'inconnu. Voyage volontaire vers un horizon qu'on embrasse et qu'on voudrait infini, ou voyage forcé, contraint par l'exil et la souffrance, en quête de liberté et guidé par la survie.

Le voyageur de Bruno Catalano est cet homme laissé à lui même, un homme propulsé dans l'infini du temps et de l'espace. Sa maison n'est plus qu'une valise et son être, progressivement, se dépouillera de tout ce qu'il croyait indispensable, de tout son moi si savamment construit par nos sociétés. Il n'est plus l'homme d'un monde, mais l'homme dans le monde, encore empreint de sa culture mais devenu fragile face à l'immensité. Sa quête ne se fera pas sans dommages.

Homme défragmenté, déstabilisé, dépouillé de ses repères, il marche vers son salut autant que vers sa perte. Tout sera désormais a réinventer. Ce voyageur s'échappe de lui même, à la rencontre de sa terre inconnue."

- Anne Maitre

BRUNO CATALANO DE MEDICIS GALLERY PARIS PLACE DES VOSGES

JESUS CURIA PEREZ

L’artiste espagnol travaille depuis plus de 25 ans la sculpture, où il nous invite à nous glisser dans un monde onirique. Le travail de Jesus Curia nous transmet une sensation de paisibilité, de profondeur et d’un équilibre certain. Un univers parallèle apparait devant nous, où des personnages hybride, avec une morphologie humaine à laquelle vient s’ajouter fréquemment des lignes droites et des formes géométriques. Sa sensibilité à l’espace et le monde qui nous entoure, lui permet de façonner ces œuvres d’une manière harmonieuse, en créant très souvent le sentiment de suspension des personnages dans le vide.

Les colonnes de Jesus Curia se caractérisent par le contraste qui se crée à partir de la pesanteur du bronze et la représentation de légèreté des sujets.

Nous retrouvons ainsi des enfants suspendus dans l’espace par un fil invisible, ou par une main bienveillante les empêchant de tomber. Plongés dans le jeu et l’amusement, ces enfants forment une colonne montante vers le ciel, avec une gravité inexistante. La douceur et la poésie sont au rendez-vous avec une œuvre qui nous invite à un voyage lointain dans des terres inexplorées.

Chaque colonne est unique, l’interaction et la position des personnages étant organisée de façon différente à chaque fois par les soins de l’artiste. La patine, qui varie également, vient sublimer ces êtres naïfs en constant équilibre.

JONTY HURWITZ

PERSPECTIVES ON FORMS SHAPING MIRRORED SCULPTURES

Jonty Hurwitz / De Medicis Gallery

Finding that line between art and science is the underlying motivator in my art life.” These words belong to London-based sculptor Jonty Hurwitz, who used 3D scanning and the power of π to create stunning anamorphic sculptures that can be seen in cylindrical reflections.Complexity, study and trying stood at the base of these incredible modern sculptures, while perspective and curiosity shaped something out of the ordinary.

Metallic cylinders mirror stretched sculptures whose shapes are only seen from a certain perspective. What seems to be melted copper is showcased in the metal cylinder as a grasping hand in the work called “Rejuvenation”, while another piece reveals a frog in the mirror. Some pieces display pieces that become whole when looked at from a specific vantage point, expressing the need to be in the right place. If you’d like to see one of the pieces, the artist has one on display in the De Medicis Gallery, Place des Vosges.

The full article can be found on the site of The Pursuitist here

Craig Alan

CRAIG ALAN'S FAMOUS FACES IN A CROWD OR HOW INTRICATE ARTWORKS SEE BIG SCREEN STARS RECREATED IN PAINTINGS OF DOZENS OF TINY FIGURES

Craig Alan / De Medicis Gallery

Small people, big star: This portrait of Marilyn Monroe by Atlanta-based artist Craig Alan may look like an aerial photo, but is actually created with dozens of tiny painted figures.

Combining technical skill, creativity and wit, Craig portrays iconic faces, buildings and abstracts through dozens, sometimes hundreds of intricately painted, exquisite figures. Each distinctive piece is created in black and white with a touch of red on some of the more glamorous faces. In their own way, they reflect Craig’s highly recognisable take on life, where it is the small details that work together to create the big picture. 

Craig carefully plans and creates each tiny figure, all which have their own identity and personality which he has thought through to the finest details. In some of his extremely rare originals, he even goes as far as detailing each item of clothing on the individuals. His cast of characters include family members, friends and models, giving his work a uniquely personal touch. Each piece contains a range of 400 to 1,800 people in it depending on the type of work it is, and he spends anywhere from 50 to 150 working hours on one painting.

Now based in Atlanta, Craig was born in California, but his artistic talent began to emerge when his family moved south. His earliest experimentation took the form of street portraiture, an endeavour that helped him perfect his flair for replicating the human figure. He has exhibited his work across the United States and Europe at De Medicis Gallery Paris to great acclaim and is now making a significant impact on the UK market. He has a work of art hanging in the White House in Senator Reed’s office and his art was shown in Scope Miami 2014 “We are all part of something greater than ourselves, and if we work together we could achieve greater balance . . . not in a religious sense but rather a universal sense.”

The full article can be found on the The Daily Mail website here